La nicotine protège-t-elle du Coronavirus ?

3 minutes de lecture

La nicotine permet de s’immuniser contre le COVID-19, c’est bien on va pouvoir continuer à fumer !» On vous voit venir ! Il est certain que cette phrase a dû être prononcée dans beaucoup de foyers français récemment. Pour une fois, la cigarette, ou plutôt la nicotine, serait pointée du doigt pour ses vertus et non pour ses méfaits. On nous dit depuis des décennies maintenant que les poumons et la santé générale des fumeurs est affaiblie et lorsqu’un virus ayant des effets sur le système respiratoire survient, la nicotine présente dans le tabac serait finalement une solution. Mais attention, ne plaçons pas la charrue avant les boeufs. Modjo fait le point pour vous !

La nicotine : un remède au COVID-19 ?

Après déjà plusieurs semaines de recherches sur le Coronavirus, ses symptômes et la médication pour le soigner, une nouvelle étude est sortie sur le potentiel effet protecteur de la nicotine. Cette hypothèse est appuyée par le nombre très faible de fumeurs ayant été atteints ou gravement atteints par le virus par rapport au nombre de fumeurs de la population française globale. Cette étude française portant sur 350 malades hospitalisés et 150 malades légers dénombre seulement 5% de fumeurs parmi les malades soit près de 80% de moins que dans la population française de même âge et sexe. Mais comment expliquer cette différence ? La nicotine réduirait la cascade inflammatoire provoquée par le virus, cascade qui peut avoir des effets néfastes dans les formes graves.

Le but de cette étude est aussi de permettre, avec l’autorisation du ministre de la Santé Olivier Véran, d’administrer des patchs nicotiniques comportant différents dosages : de façon thérapeutique pour tenter de diminuer les symptômes des patients hospitalisés et des patients graves en réanimation, en préventif pour les soignants présents en première ligne.

La nicotine réduirait la cascade inflammatoire provoquée par le virus

Une étude qui n’appelle pas à fumer de cigarettes !

Cependant, afin d’éviter la ruée vers les tabacs, la totalité des équipes médicales (et Modjo compris) tient à rappeler que fumer est mauvais pour la santé. La nicotine reste une substance hautement addictive et le tabac altère les poumons et provoque des cancers et des accidents cardiaques (s’il faut le rappeler). De plus les patient hospitalisés et fumeurs pourraient voir leur état de santé se dégrader en raison du sevrage brutal du tabac, ce qui est encore à démontrer. La vente des patchs nicotiniques et autres substituts au tabac sera plus strictement règlementée que d’ordinaire. Les fumeurs en sevrage seront privilégiés et ces substituts ne pourront s’acheter que pour un mois de traitement. 

Le 11 mai 2020, l’OMS a publié une déclaration qui ne confirme pas le lien entre la nicotine et la prévention ou le traitement du Coronavirus. L’OMS rappelle également que le fait de fumer affaiblit la fonction pulmonaire et rend le système immunitaire moins résistant à des agents pathogènes tels que la COVID-19. Enfin l’Organisation Mondiale de la Santé indique suivre toutes les pistes de recherche, y compris celle des substituts nicotiniques, cependant elle rappelle que les informations sont actuellement insuffisantes pour confirmer un lien entre nicotine et Coronavirus.

L’OMS a publié une déclaration qui ne confirme pas le lien entre la nicotine et la prévention ou le traitement du Coronavirus

Il convient donc de prendre pour l’instant cette information avec beaucoup de prudence. Telle quelle, c’est-à-dire comme une solution éventuelle de prévention qui s'ajoute à d'autres en cours de test. Des études complémentaires viendront étayer ce communiqué de l’AP-HP (Assistance Publique-Hopitaux de Paris).

Pour lire la réponse de Modjo aux 5 questions que se posent les fumeurs sur le Coronavirus c’est juste ici.

Les petits nouveaux

« C’est facile d’arrêter de fumer, j’arrête 20 fois par jour. »

Oscar Wilde