Mon enfant fume, comment le faire arrêter ?

4 minutes de lecture

L’âge moyen de la première expérience avec la cigarette est situé entre 11 et 12 ans. Plus d’un quart des jeunes Français déclarent être des fumeurs réguliers à l’âge de 15 ans. L’entrée au collège est une période charnière pour le jeune qui subit de nombreuses influences autour de lui. Plusieurs facteurs sont susceptibles d’encourager le pré-adolescent ou l’adolescent à commencer à fumer, parmi eux on retrouve entre autres : un accès facile à la cigarette dans les commerces de proximité, la pression à l’école ou la cohabitation avec un parent fumeur. D’autres facteurs peuvent être mis en cause notamment le mal-être, dû à des circonstances intra-familiales (telles que la violence au sein du foyer ou des parents qui divorcent) ou à des questionnements identitaires autour de l’orientation sexuelle ou du genre. L’adolescence marque une période de rébellion et d’expérimentation où le jeune a pour souhait de s’affirmer et de s’émanciper pour sortir de l’enfance. Entre dialogue et fermeté, difficile pour le parent de trouver les mots justes pour parvenir à faire entendre à son enfant, souvent insouciant, les risques liés à la consommation de tabac.  

Modjo Cosmetics aide ceux qui souhaitent arrêter de fumer dans leur démarche en leur proposant une solution à la fois efficace et déculpabilisante. Si tu es parent ou bien si tu as un jeune dans ton entourage, cet article t’apportera différents conseils sur comment aborder le sujet de la cigarette avec lui. 

Dialoguer avec son fils/sa fille 

L'adolescence est une phase de développement à la fois physique (avec la puberté) mais également mentale. Le jeune est dans une phase de découverte de lui-même, de ses envies, de ses besoins. Cela peut passer par des troubles du comportement, des relations familiales et sociales difficiles à gérer, ou encore cette fameuse “crise d’adolescence”. Bref, l’adolescent.e cherche à s’exprimer et développe parfois des comportements qui vont à l‘encontre des principes et des valeurs que leurs parents tentent de leur inculquer. Plus encore, l’adolescent peut être en contradiction totale avec son parent. Pour ces raisons, parler du tabac avec son enfant n’est pas évident, il faut sans cesse tâtonner dans sa communication. Dans la situation où un parent suspecte son enfant de consommer du tabac ou qu’il le prend en flagrant délit avec une cigarette, il est primordial de privilégier le dialogue plutôt que la punition. L’objectif ici est d’éviter le blocage du jeune, qui risque de se crisper s’il se sent attaqué. « il faut parler avec l’adolescent et non à l’adolescent. D’autre part, il est préférable d’éviter le discours scientifique. Le jeune sait que la consommation de cigarette présente des risques pour sa santé mais cela lui est totalement égal, il est insouciant, il se sent invincible, et ne se projette pas sur le long terme. Il cherche à assouvir un plaisir à court ou moyen terme, et la cigarette lui apporte contentement.  

Aborder les risques de la cigarette sous d’autres aspects 

Il est préférable d’approcher le jeune sur des sujets qui lui sont particulièrement sensibles à son âge. Le parent peut par exemple parler à son enfant de l’impact financier que la consommation de tabac représente. “Fumer implique de dépenser des sommes astronomiques sur le long-terme si l’on fait le calcul !”. Un risque subsiste néanmoins puisque cet argent dépensé n’est pas le sien, mais le vôtre donc ça, l’ado s’en fiche. 

D’autres arguments sont susceptibles de faire réagir le jeune, comme par exemple l’argument de la vie sociale. Si l’adolescent se défend en disant que “tout le monde fume à l’école”, répondez-lui que premièrement c’est faux, tout le monde ne fume pas, et que de plus, si c’était vrai cela ferait de lui “un mouton sans personnalité”. L’adolescent lui cherche à sortir du lot, à s’émanciper de ses parents et à s’imposer dans sa génération. Au risque d’être blessé dans son égo, cela lui fera prendre conscience que vouloir être unique ou différent, ça passe aussi par des prises de décisions qui vont à l’encontre de la majorité.  

Enfin, l’adolescent est à la découverte de sa sexualité et peut être particulièrement réceptif aux arguments relatifs à sa vie sexuelle. Vous pourrez par exemple lui parler de l’impact de la cigarette sur sa libido, sa capacité d’érection (pour les garçons), et sa fertilité (filles et garçons).  

Montrer l’exemple à son fils/sa fille 

Difficile pour un parent fumeur de faire comprendre à son enfant que fumer c’est mauvais. L’argument “fais ce que je dis, pas ce que je fais” ne fonctionne que très peu. Par contre, appuyer son argumentation sur ses propres expériences peut aider. Il est possible pour le parent de parler à son enfant de son histoire à lui, ou celle d’un proche qui fumait, et lui expliquer les conséquences que cela a eu sur sa vie (ou la vie du proche cité). L’objectif est de pousser le jeune à se projeter concrètement pour qu’il réalise que les retombées de la consommation de tabac sont réelles puisqu’il peut les observer autour de lui.  

Montrer l’exemple c’est aussi : ne pas laisser traîner de paquet de cigarettes sur la table, ne pas fumer en présence du jeune, vider les cendriers pour limiter l’odeur de tabac etc. Bref, il faut limiter un maximum l’exposition du jeune à la substance qu’il n’est pas censé devoir consommer. D’autres part, c’est aussi peut-être l’occasion pour un parent fumeur de prendre la décision de lui-même arrêter la cigarette. Il s’agit là de montrer au jeune qu’on est capable d’arrêter de fumer et qu’un parent est prêt à tout pour préserver la santé de son enfant. L’amour d’un parent est infiniment grand, c’est l’occasion de le montrer !  

Fumer représente pour le jeune l’interdit, la volonté de quitter le monde de l’enfance ou encore le sentiment d’appartenance à un groupe qui évolue dans la même dynamique. Les raisons qui poussent le jeune à arrêter de fumer sont diverses et le premier pas pour arrêter de fumer, c’est d’en parler. C’est d’ailleurs l’opportunité parfaite de renouer le dialogue parent-enfant, de ressouder les liens familiaux. Le parent n’est jamais seul face à l’enfant, différents outils d’accompagnement et de prise en charge existent pour aider efficacement le jeune à arrêter de fumer. L’école met également en place différents programmes de prévention contre la consommation de tabac chez les jeunes. D’autres part, il est possible d’avoir recours à l’aide d’un professionnel de santé (tabacologue ou addictologue) ou d’un psychologue de l’adolescent, qui saura prodiguer des conseils personnalisés, adaptés à la situation de l’adolescent !  

Et toi, connais-tu un jeune dans ton entourage qui fume ? Si oui, que souhaiterais-tu faire pour l’aider ?  

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés

« C’est facile d’arrêter de fumer, j’arrête 20 fois par jour. »

Oscar Wilde